Vous êtes ici : Les dossiers de Le Mag du Senior > Famille & Société > Comment écrire une lettre de condoléances sans faire d'impair ?

Comment écrire une lettre de condoléances sans faire d'impair ?

Comment écrire une lettre de condoléances sans faire d'impair ?

Perdre un être cher est toujours une épreuve pour les proches, mais aussi pour ceux qui ont connu de près ou de loin le défunt. Le message de condoléances adressé à la famille au moment du décès est un fort témoignage de soutien et de sympathie. Mais il n’est pas toujours facile de trouver les mots justes pour ne pas commettre un impair dans ces moments douloureux. Nos conseils pour rédiger au mieux une lettre de condoléances.

Trouver les bonnes formules pour exprimer sa tristesse et son soutien

Une lettre de condoléances est un message personnel qui traduit sa tristesse au moment d’un décès, mais aussi qui montre son soutien à la famille dans ces moments douloureux.

Quel que soit le degré de liens avec la personne décédée et ses proches, un message de condoléances se doit d’être la traduction de sentiments sincères. Des mots simples et spontanés traduisent le plus souvent efficacement ce que l’on ressent lors du décès d’une personne appréciée. Votre message est aussi destiné à dire aux proches endeuillés que vous êtes présent pour les soutenir, qu’ils peuvent compter sur vous.

Les mots employés dans une lettre de condoléances doivent être adaptés en fonction des liens entretenus avec le ou les destinataires. En effet, vous ne vous adresserez pas de la même manière à un membre de votre famille, à une relation professionnelle ou à un voisin par exemple.

En résumé, nul besoin de rédiger une trop longue lettre de condoléances. Cette dernière doit contenir l’essentiel de vos pensées pour faire part de votre chagrin, de votre soutien et compassion aux proches du défunt.

Quelques exemples de formules à utiliser pour ne pas commettre d’impair

D’une manière générale, la formule « je vous présente toutes mes condoléances et mon soutien dans ce moment douloureux » (à adapter en fonction du lien entretenu avec les proches du défunt, et qui peut être davantage personnalisée) permet d’exprimer son chagrin et sa compassion sans commettre d’impair.

Votre message de condoléances doit également être réconfortant et respectueux de la douleur des proches. Attention à ne pas la minimiser dans vos propos. « Je suis de tout cœur avec vous » ou encore « je m’associe à votre peine et à votre douleur » permettent en peu de mots de traduire votre tristesse, votre soutien et de montrer votre réelle et sincère attention.

N’essayez pas de vous mettre à la place des proches par des formules comme « je sais et je comprends ce que vous ressentez », ou encore « le temps guérit toutes les blessures » car chaque personne endeuillée vit cette épreuve différemment et personne ne peut se mettre à sa place dans de telles circonstances.

Dans le même esprit, des mots difficiles à lire pour les proches du défunt tels que « mort » ou « décès » sont à proscrire d’une lettre de condoléances. Il est préférable de parler plutôt de « disparition » ou de « perte » par exemple. Par respect, les causes du décès ne sont pas non plus à mentionner dans une lettre de condoléances.

Dans tous les cas, pensez à rendre hommage à la personne décédée dans votre lettre de condoléances à l’aide de formules du type « je garderai le souvenir d’une personne généreuse, toujours joyeuse… » ou encore « son sourire restera toujours gravé dans ma mémoire », etc., ou en évoquant un souvenir heureux avec elle.

Quelle forme adopter pour un message de condoléances ?

En principe, un message de condoléances fait l’objet d’une petite carte ou d’une lettre manuscrite à l’attention des proches du défunt, même si, avec les nouvelles technologies, l’e-mail et le sms, voire les réseaux sociaux, sont de plus en plus utilisés aujourd’hui.

Généralement, une lettre de condoléances est envoyée par courrier postal avant le jour des obsèques. Elle peut aussi être remise en main propre à la famille le jour des funérailles, accompagnée de fleurs.

La lettre de condoléances est généralement manuscrite et non rédigée sur un ordinateur par exemple. Votre écriture personnelle (à soigner pour être lisible par les proches) est le meilleur messager de vos sentiments et ressentis. N’oubliez pas de dater votre message, mais surtout de signer votre lettre de condoléances et d’y mentionner vos coordonnées postales et téléphoniques afin de permettre aux proches du défunt de vous remercier ultérieurement.

Si vous ne connaissez pas les proches de la personne décédée, n’oubliez pas d’indiquer dans votre lettre de condoléances le lien que vous aviez avec elle (collègue de travail, partenaire d’une activité sportive, ami, voisin, etc.).

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : 9bhpy8

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture

  • Peut-on déshériter ses enfants ? Peut-on déshériter ses enfants ? La loi française interdit de déshériter l’un ou tous ses enfants. Selon les règles définies par le code civil, le patrimoine pris en compte lors d’une succession après le décès d’une...
  • La Silver économie, un enjeu au service des séniors La Silver économie, un enjeu au service des séniors Vous avez forcément entendu parler de la "Silver Economie" ? Il s'agit en fait de l'ensemble des activités économiques (non médicales) destinées et/ou produites par les retraités...aux...