Vous êtes ici : Les dossiers de Le Mag du Senior > Santé & Bien-être > Cancer de la prostate : quels sont les signes avant-coureurs ?

Cancer de la prostate : quels sont les signes avant-coureurs ?

Cancer de la prostate : quels sont les signes avant-coureurs ?

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez l’homme. Un sur sept a un risque d’en être atteint. Il s’agit d’ailleurs de la deuxième cause de mortalité due à un cancer chez l’homme. Il n’est pas facile de détecter cette maladie car le cancer de la prostate évolue le plus souvent sans symptômes apparents. Néanmoins, des signes avant-coureurs peuvent vous alerter.

Qu’est-ce que le cancer de la prostate ?

Le cancer de la prostate apparaît chez les hommes le plus souvent à partir de 50 ans et sa fréquence augmente avec l’âge. En moyenne, la plupart des cas sont diagnostiqués vers 70 ans. Le cancer de la prostate touche plus particulièrement les hommes qui ont des antécédents familiaux de même nature et son évolution est lente (entre 10 et 15 ans)

On parle de cancer de la prostate quand une tumeur maligne (c’est-à-dire un ensemble de cellules qui échappent au contrôle de l’organisme et qui se mettent à se multiplier de manière anarchique et à proliférer) est détectée au niveau de la prostate, glande du système reproducteur masculin qui fabrique le liquide séminal, l'un des composants du sperme. Cet organe a la taille d’une noix et est entourée par une sorte de capsule. La prostate, qui est située sous la vessie, en avant du rectum, entoure l’urètre qui permet d’évacuer l’urine.

Le cancer de la prostate peut être « localisé » : les cellules cancéreuses sont présentes seulement au niveau de la prostate elle-même. Il peut aussi être « extracapsulaire », un terme qui décrit un cancer qui n’est plus limité à la prostate car les cellules cancéreuses passent hors de la capsule dans les vaisseaux sanguins situés à proximité, puis dans les ganglions environnants, et, dans les cas les plus graves, migrent vers d’autres organes tels que le foie, les poumons, les os et forment des métastases.

Les signes avant-coureurs du cancer de la prostate qui doivent alerter

Le problème avec le cancer de la prostate est qu’il ne provoque pas de symptômes à ses débuts. Néanmoins, certains signes avant-coureurs dus en particulier au grossissement de la prostate doivent appeler à la vigilance.

Généralement, ces manifestations, qui peuvent être annonciatrices d’un cancer de la prostate, sont différentes selon l’évolution de la maladie.

Les signes avant-coureurs au début du cancer de la prostate :

  • une sensation douloureuse ou brûlante pendant la miction ou l’éjaculation
  • un besoin d’uriner fréquemment, en particulier la nuit
  • un jet d’urine faible
  • des difficultés pour uriner, voire une impossibilité
  • des fuites urinaires
  • des troubles de l’érection
  • un dysfonctionnement du système digestif.

Autres signes avant-coureurs si le cancer est plus évolué :

  • infection de l’appareil urinaire
  • présence de sang dans l’urine ou le sperme
  • douleurs dans le bas du dos, ou plus généralement raideurs au niveau des os.

Comment réagir en cas de signes avant-coureurs du cancer de la prostate ?

En cas de signes avant-coureurs du cancer de la prostate, il est conseillé d’en parler à son médecin traitant. Il décidera de la nécessité de réaliser des examens ou non en fonction de votre âge, de votre état général, et du degré d'évolution du cancer de la prostate. Votre médecin pourra aussi vous diriger vers un urologue pour des examens plus approfondis.

Certains cancers de la prostate peuvent nécessiter seulement une surveillance active quand ils sont localisés. Dans ce cas, des examens périodiques sont effectués. Ainsi, le patient doit se soumettre régulièrement à un examen clinique (le toucher rectal qui permet de vérifier le volume, la surface et la consistance de la prostate), à une prise de sang pour mesurer le taux d’antigène prostatique spécifique (PSA), une substance produite par la prostate, et à une biopsie.

D’autres cancers de la prostate plus évolués, ou qui risquent de s’aggraver, demandent des traitements souvent associés comme la chirurgie, la radiothérapie, l’hormonothérapie et éventuellement la chimiothérapie.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Partagez votre expérience, donnez votre avis !

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller ou à recopier : YqA89b

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Continuez votre lecture

  • Ostéoporose : comment se soigner ? Ostéoporose : comment se soigner ? Deux à trois millions de Françaises seraient touchées par cette maladie. Pour reconstituer le capital osseux et éviter le risque de fracture, il existe plusieurs sortes de...
  • 3 activités physiques recommandées pour les seniors 3 activités physiques recommandées pour les seniors Vieillir entraîne une diminution de la masse musculaire et peut, entre autres, favoriser les chutes. Conserver une activité physique régulière est donc important pour garder la forme. Les plus...